AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 look at how beautiful you are. (feat cam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
✨ je n'ai pas encore de rang ✨
Voir le profil de l'utilisateurhttp://croiseesparisiennes.bbactif.com/t159-i-d-rather-be-a-dick
messages : 16
Sam 26 Déc - 2:53




LOOK AT YOU, LOOK AT HOW BEAUTIFUL YOU ARE
Avec tout mon coeur, j'aimerais pouvoir trouver le courage de tout t'avouer, mais tu vois?  J'ai pas les couilles pour tout te balancer.  J'suis pas comme tous ces mecs que tu vas rencontrer, j'ai une grande gueule, mais j'la ferme aussitôt que j'dois ouvrir mon coeur.

J'ai attendu toute la journée.  Toute la journée, j'essayais de bidouiller mon application.  J'essayais de trouver quelque chose à modifier ou rajouter, mais il faut croire que j'ai mit mon application en attente pour aucune raison... mais bien franchement, qui ne l'a jamais fait?  Du coup, j'ai attendu toute la journée pour aller rejoindre Camden.  Ouais, bon, j'aimerais dire que j'ai pas attendu TANT que ça, mais j'ai tourné en rond toute la journée.  Pour rajouter à mon enfer, je ne voulais pas lui envoyer un sms, j'ai donc attendu... encore et encore.  Ai-je dit que j'ai attendu?  C'est vraiment tout ce que j'ai fait de ma journée.

Bref, après quelques heures à tourner en rond et à choisir des vêtements, j'opte simplement pour un chandail à capuche noir et je mets un bonnet par-dessus.  On est tout de même en décembre et il fait un froid d'canard... ou pas.  Je monte dans ma voiture et vais aussitôt devant chez Cam.  Je n'ai pas besoin d'appeler ou de crier ou de faire quoi que ce soit.  Non, nous on a un moyen bien simple de se reconnaître: on se lance des pierres comme dans l'bon vieux temps.  Je sors de ma voiture, prends quelques roches et les balance dans la fenêtre.  Je vois aussitôt sa petite tête sortir et je ne peux m'empêcher de sourire jusqu'aux oreilles.  « Yo Cam!  Viens! »

Putain qu'elle est belle.  Putain.  Faut calmer Georges... j'vous laisse deviner qui est Georges.  C'est donc ainsi que je prends appui sur ma bagnole en allumant un joint.  Si seulement mon père me verrait faire, il me tuerait.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✨ je n'ai pas encore de rang ✨
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 8
Sam 26 Déc - 22:19


Oiseau de nuit, j'avais passée la nuit derrière ma console à mixer ces rythmes pour tenter de faire bouger le plus grand nombre de personnes sur le dancefloor et j'avais plutôt bien réussie mon coup, puisque la piste n'avait pas chômer d'accueillir ces gens qui n'avaient qu'une envie c'est de danser jusqu'à en perdre pieds. Lors du last call, je remballai tranquillement mon matériel et rentrer à mon petit appartement pour m'écrouler morte de fatigue dans mon lit. Lorsque je finis par ouvrir les yeux, un petit mal de crâne me fit grimacer légèrement et mes prunelles se posèrent sur l'heure affichée sur mon réveil-matin, il indiquait que nous étions dans le début de l'après-midi. Je décidai de me lever après un moment à flâner et je m'enfermai dans la salle de bain pour prendre une douche et me réveiller un peu mieux. Je me préparai un café tout en regardant mon actualité Facebook et prenant soin de vérifier à nouveau mon matériel pour ce soir, car la soirée allait recommencer assez tôt et je devais être prête.

Soudainement, j'entends un bruit à ma fenêtre fronçant les sourcils je m'y avance et je le vois le sourire fendu jusqu'aux oreilles qui me salut et me demande de venir. Je ne peux pas m'empêcher de sourire en coin à mon tour, puis je referme la fenêtre et je ne peux pas m'empêcher de m'arrêter devant le miroir un moment pour m'y regarder et passer une main rapide dans ma tignasse, puis j'enfile mes bottes et mon manteau parce que les journées sont fraîches à Paris. Je finis par sortir de chez moi, puis je le vois là appuyé contre sa voiture et un joint au bec, ça me fait sourire de nouveau et alors que j'arrive à sa hauteur, je penche la tête légèrement sur le côté et sans gêne je lui pique son joint pour le porter à mes lèvres et en tirer une petite bouffée tout en disant; « Où est-ce que tu m'amènes?» Un sourire joueur s'installe à la commissure de mes lèvres et sans attendre je marche jusqu'à la portière du côté passager et j'y monte. J'aime bien quand il vient me chercher comme ça, j'aime passer du temps avec lui, sa présence et tout ça, ça me plaît. Finalement monté, mes yeux se posent sur lui et j'ajoute sur un ton amusé pour l'emmerder un peu; « Dis donc, on se rebelle Wolfe! Si ton paternel voyait ça...» Je lâche un rire et voilà qu'il démarre sans toutefois avoir pris la peine de me dire où l'on va. « Bon, tu vas me dire où on va maintenant?» Demandai-je comme une véritable enfant, essayant de lui faire mes yeux doux pour qu'il parle enfin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✨ je n'ai pas encore de rang ✨
Voir le profil de l'utilisateurhttp://croiseesparisiennes.bbactif.com/t159-i-d-rather-be-a-dick
messages : 16
Mar 29 Déc - 0:36




LOOK AT YOU, LOOK AT HOW BEAUTIFUL YOU ARE
Avec tout mon coeur, j'aimerais pouvoir trouver le courage de tout t'avouer, mais tu vois?  J'ai pas les couilles pour tout te balancer.  J'suis pas comme tous ces mecs que tu vas rencontrer, j'ai une grande gueule, mais j'la ferme aussitôt que j'dois ouvrir mon coeur.

Je la vois, enfin. Je sais qu'elle a terminé tard, c'est pourquoi j'ai attendu. Quel genre... d'ami je serais si je l'aurais réveillée aux petites heures du matin? Elle referme sa fenêtre et je sais aussitôt qu'elle s'est regardée dans le miroir. Il faut croire qu'à force de travailler dans les bars, on devient accro à son look. J'attends patiemment en allumant un joint. Je suis loin de chez mon père et loin de toutes ses connaissances, je ne cours aucun danger par ici et c'est ce que j'adore. Je la vois alors sortir de chez elle avec un grand sourire aux lèvres. Je ne peux m'empêcher de sourire par la même occasion. "Dis donc, je t'ai jamais demandé de te mettre sur ton 31!" Je lui fais un petit clin d'oeil et elle en profite pour voler mon joint. Ouais bon, je commence à être habitué. Je peux jamais prendre plus de trois touches sans qu'il disparaisse mystérieusement pour se retrouver entre ses lèvres. "Je t'amène là ou il y a de l'eau chérie!" Je m'enlève de sur le capot de ma voiture et prends place sur le banc conducteur. Parfois, je déteste les cadeaux que mon père me fait. J'ai une putain de belle voiure, mais elle est beaucoup trop tape à l'oeil pour moi: une Audi R8 Spyder. Au moins, je me promène en ville et j'ai de la classe, mais c'est chiant de dégager les p'tits jeunes qui prennent des photos pour leur compte Instagram. Vraiment chiant.

Je commence à conduire, ignorant la remarque de Charlie. Elle a le don de me rappeler que mon père est un enfoiré de première. À chaque fois qu'elle parle de lui, j'ai ce noeud dans l'estomac et j'ai presque envie de vomir. Je ne peux rien faire avec lui, mais avec elle, je peux tout faire. Je fais exprès d'appuyer un peu plus sur le gaz pour entendre le bruit du moteur, le seul bruit que j'accepte de cette voiture. "Ne me dis pas que t'aimes pas entendre un moteur ronronner, hein?" Je rigole un peu et je vois au loin le lac Daumesnil près de l'île Bercy. Je me stationne plus loin, faisant exprès de laisser Charlie dans le doute. Nous sommes quand même proche du zoo et de plusieurs cafés, on pourrait aller à peu près n'importe ou. "Est-ce que t'as une petite idée?" Je coupe le contact dans la voiture et je suis forcé de poser ma main contre la cuisse de Charlie pour ouvrir la boîte à gants. "Désolé, j'envahis ton espace personnel. Mais j'sais bien que t'aimes ça!" Je ne peux me retenir de rire et je chope mon sac remplit de marijuana. "Bon bon bon, j'ai fait ma réserve et on peut aller s'amuser!" J'ai été intelligent cette fois-ci, j'ai bien assez de joint pour toutes les journées qui vont arriver et je chope par la même occasion mon sac-à-dos à l'arrière... il est remplit de nourriture. J'vous dis, j'ai pensé à tout!

Je sors de la voiture et me dirige au côté passager pour ouvrir la porte. On se met donc à marcher sur le bas côté de la route des Îles. Je ne sais pas trop quoi dire alors je lui vole le joint. "J'te rappelle que c'est à moi, si tu veux, prends en un, j'en ai trop de toute façon." Je tire quelques touches en regardant autour. J'adore ce lac. Les arbres roses, le lac en soi, les barques, les gosses qui courent partout et il y a même les parents qui sont à moitié inconscients sous l'ombre. C'est tranquille, c'est parfait. Je remarque aussitôt que certaines personnes nous regardent avec une sale gueule, comme s'ils n'avaient jamais senti l'odeur de l'herbe. Franchement! "Bon, on s'trouve un p'tit coin tranquille et on fait ce que dont on excelle le plus: N'IMPORTE QUOOOOIII" Je gueule comme un abruti, me foutant complètement de l'avis des autres autour. Faut que j'relâche la pression et que je pense à autre chose avant de péter un câble. Tant que j'suis avec elle, je sais très bien que la moitié du chemin est traversé.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✨ je n'ai pas encore de rang ✨
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 8
Mar 29 Déc - 3:29


"Dis donc, je t'ai jamais demandé de te mettre sur ton 31!" Me lance-t-il alors que j'arrive près de lui et que je lui vole son joint. Je baisse les yeux vers mes vêtements en fronçant légèrement les sourcils. J'suis aucunement sur mon 31, mais bon si ça peut l'amuser pourquoi pas. Puis voilà, qu'il me lance qu'il m'amène où il y a de l'eau. Je souris de nouveau et on part en voiture vers ce lieu mystérieux, je commence à connaître pas mal Paris, mais bon en même temps avec Nickolas je m'attend à tout. Évidemment, je n'ai pas pu m'empêcher d'émettre une remarque sur son paternel et je peux voir dans son expression non-verbal que ça l'agace, j'aurais peut-être pas dû me prononcer à ce sujet, mais étant quelqu'un de directe je ne regrette aucunement mes paroles, puis Nickolas commence à me connaître aussi alors bon. Je sens soudainement le moteur émettre un grondement et Nickolas appuyé sur l'accélérateur;"Ne me dis pas que t'aimes pas entendre un moteur ronronner, hein?" Cela me fait sourire, puis j'ajoute d'une voix faussement mielleuse en rigolant; « Tu sais que j'adore ça.» Je ne peux pas m'empêcher de rigoler, et soudainement j'aperçois le lac devant moi.Puis, il me demande si j'ai une idée de l'endroit où nous sommes je secoue doucement la tête en guise de réponse et voilà qu'il fini par couper le moteur de sa bagnole. Un long frisson me parcourt lorsque je sens sa main s'appuyée contre ma cuisse pour atteindre sa boîte à gants et je ne peux pas m'empêcher de rouler des yeux à ces paroles; Désolé, j'envahis ton espace personnel. Mais j'sais bien que t'aimes ça!" Et j'accompagne mon rire au sien et il me lance que nous avons de quoi s'amuser, évidemment j'ai constaté la bonne quantité de marijuana qu'il avait dans son sac de plastique et évidemment nous aurons de quoi s'amuser. Voilà qu'il vient m'ouvrir la porte tel un véritable gentleman et je souffle un petit « Merci...» Tout en sortant de la voiture, puis on se met à marcher tranquillement et j'acquisse à ces paroles et pour l'emmerder je m'empare de son joint pour tirer dessus, évidemment des regards sont posés sur nous et étrangement ça ne me fait ni chaud ni froid, je me suis toujours bien foutu de l'opinion que pouvait avoir ou penser les autres. Il semblerait que Nickolas aille appris à faire de même. "Bon, on s'trouve un p'tit coin tranquille et on fait ce que dont on excelle le plus: N'IMPORTE QUOOOOIII"

J'éclate de rire lorsque je l'entend gueuler comme un pauvre perdu, puis je fais la même chose en gueulant de toute mes forces juste pour emmerder le regard des curieux et dans un rire, je lui prend la main entrelaçant mes doigts au sien comme si c'était la chose la plus naturelle du monde et on continue de marcher à la recherche d'un endroit où on pourra s'arrêter de profiter. Finalement, on trouve l'endroit sous un vieux chêne et je finis par lui lâcher la main et m'asseoir au sol. Je le regarde s'asseoir à mes côtés et je souris doucement observant autour l'environnement qui est vraiment magnifique d'ailleurs. « Du coup, puisque tu as amenée du stock pour une armée, je vais t'en piquer un.» Je souris amusé, puis je prend un joint dans son sac et je sors mon briquet prenant soin de le coincer entre mes lèvres et je l'allume, tirant une bonne bouffée dessus et doucement j'expire la fumée alors que mes yeux se plissent un peu j'ajoute; « Ça c'est du bon...» Doucement, je me lève et sans gêne je m'installe entre ses jambes, le joint au bec et je m'empare d'une de ses mains pour jouer doucement avec ses doigts et je demande; « Sinon, dis-moi, la blondinette du club d'hier tu l'as ramenée à ton appart'?» Bossant au même endroit, et de ma console je peux remarquer les demoiselles qui viennent lui faire du charme au bar et à chaque fois, je sens une chaleur m'envahir et j'aurais envie de leurs sauter dessus comme une véritable tigresse, ouais je suis jalouse et Nickolas le sait très bien. Pourtant, on est pas ensemble et il me doit rien, mais ça ne peut pas m'empêcher de m'agacer de voir toutes ces filles lui tournant autour comme de vraies mouches. Je relève la tête et je croise son regard qui laisse entrevoir une lueur d'amusement, puis j'ajoute en haussant les épaules et dans un murmure; « T'aimes ça que j'sois jalouse, je le sais...» Je souris en coin et je m'empare de mon joint que je garde entre mes doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

look at how beautiful you are. (feat cam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beautiful agony
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Fally I. feat Olivia(candy shop) ADBM
» Poison feat. Sam Tshintu
» [K-Drama] You're Beautiful

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROISÉES PARISIENNES :: 03. la ville lumière. :: paris.-